Et là le lundi je ne comprends pas, j'avais quitté le vendredi, tous les problèmes avaient été réglé, les travails a faire fait, l'ambiance cool. Et je reviens le lundi matin, donc après un week-end où personne n'a travaillé ou créé de merdes, et là c'est la merdas! Ambiance plus que morose, les problèmes qui m'attaquent dès mon arrivé sans même un bonjour ou le temps de se reconnecter aux dossiers. Y'en a qui vive leur boulot et même 26h/24h s'ils le pouvaient! Moi non. Je le subis, je bosse pour vivre et non l'inverse. Y'en à qui s'éclatent dans leur boulot et ils ont bien de la chance.

Je subis aussi, comme un calvaire, la société humaine qui m'impose de toujours payer pour vivre. Chaque minute de vie me coûte de l'argent. Argent qui m'oblige à passer une bonne partie de ma vie, si courte, au boulot. A quand un impôt direct sur l'air que je respire ? Ou une taxe sur le droit de vivre ?

Mais revenons en au lundi, qui commence mal. Avant même d'avoir passe la porte d'entrée, je suis d'humeur exécrable. J'arrive à 8h05 comme d'habitude, non pas à 7h45 comme les Autres ! Et ça me prend déjà la tête de ne pas pourvoir me garer sur le parking de la société, parce que les Autres sont pas foutus de se garer intelligemment! Genre Tetris vous voyez ? Et évidement ceux qui devront partir dans la journée ou même d'ici une heure (c'est leur boulot !) se sont garé au plus profond. Ils auraient pas pensé à se garer à l'entrée, pour que ceux dont la voiture reste là toute la journée ne soient pas obligé de se garer derrière eux? Non ! Comme ça quand ils doivent partir, ils emmerdent tout le monde (ou alors que moi) à faire bouger les voitures. Il y aurait d'autant plus de place aussi, si les ouvriers,"les productifs", qui sont sensé commencer à 7h et être partis sur chantier à 8h, n'étaient plus là!

Bon voila 8h33, la journée ne fait que commencer. Les yeux se décollent, le cerveau s'éveille et l'avalanche de merdes se prépare.

Bonne journée à tous.