Quand on ne connaît pas bien du tout le nord-est de Lille, mais que faute d’y avoir galèré à chaque fois d’y être allé, on jette un coup d’œil à l’itinéraire. Parce que du coté Tourcoing/Roubaix c’est la paradis des échangeurs à gogo et la foret (dés)enchantée des panneaux.

Mais cette fois ci, fort d’avoir consulté Mappy, le chemin me semblait tout tracé : tout droit jusqu’à Halluin puis à gauche d’Halluin.

Eh bien sans être misogyne, je dirais que dès que je me trouve près de la frontière, mon cerveau devient blonde ! Et après la frontière il devient con, mais pas belge.
Car le système de panneaux et de marquage au sol, une fois passé la frontière, devient complètement incompréhensible pour le français que je suis. Même Dali se perdrait

Alors je passe la frontière, panneau pour la sortie Menin, mais cette sortie est en faite une double (très à la mode en Belgique), juste derrière le pont il y en à une autre et évidement on voit le tout petit panneau trop tard. Me voilà sur une autre autoroute qui part à l’opposé de là où je veux aller ! Et évidement il n’y à pas de sortie avant 5 kms.
Je sors enfin, très énervé déjà. Et là, je me retrouve sur un genre de nationale séparée par un terre-plein centrale ! Pas moyen de faire demi-tour pour aller reprendre l’autoroute en sens inverse.
Au bout de 2kms je fais enfin demi-tour, je repars et au bout je me retrouve obligé de reprendre l’autoroute que j’avais quittée et en plus toujours dans la direction opposée à Menin ! Il n’y pas d’entrée pour la direction Menin ! P***** de routes Belge ! Enfin à la sortie d’après, je peux repartir en direction de Menin et je suis au moins à 10 kms de la bonne sortie initiale que j’aurai du prendre.

Une fois à Menin, je cherche une place pour me garer, aller-retour dans un P***** de parking à la Belge(ou à la con c’est pareil !) ; genre sur une place mais la place que j’avais repérée se trouve de l’autre coté de la place et évidement le parking ne communique pas entre le coté gauche et le droit, il faut ressortir, faire le tour pour re-entrer ! Bon je m’en vais voir ailleurs car évidement le temps de faire le tour de la place, y’en avait plus.
« Tiens, un parking à droite avant le pont du canal ! ». P***** encore un coup fourré « à la Belge », ce chemin m’emmène pour 2kms le long du canal, où évidement il n’y a pas de place et pas possibilité de faire demi-tour. Et le comble c’est que ça nous éloigne du centre ville.
Enfin après avoir 2kms dans un sens, puis 2 pour revenir vers le centre ville, je me gare à l’arrache. (Sous-entendu ce n’est pas vraiment une place)

La première boutique dans laquelle on entre est une animalerie « à la Belge » ; genre on vend des animaux comme des cornets de frites. Et c’est la boutique encore « à la belge » où l’on rentre dans un coté et on ne peut plus sortie avant d’avoir fait tout le tour. (Et pas « à la Suédoise », car les boutiques « suédoises » sont propres, claires, ordonnées et agréables).
Et tout comme les boutiques d’après, en passant devant les caisses on voit des affiches en fluo mettant en garde contre le mauvais stationnement et la sévérité de la Police. Dès lors, je n’ai eu de cesse d’espère retrouver ma voiture là ou je l’avais laissé et sans PV.

Certes toutes ces péripéties, sont de ma faute même si je suis en rogne contre la signalisation Belge la plus nulle et pourrie que je connaisse! Peu être quand Belgique ils ont l’éclairage sur les autoroutes, mais alors qu’est ce qu’elles sont pourries ! Revêtements minables et équipements obsolètes. Je préfère une bonne route sans éclairage.

Bon pour ce qui est de Menin (Désolé BabyPolochon si tu lis ça), c’est le cas typique de la ville frontière où la majorité des gens viennent pour la débauche populaire : les clopes et l’alcool. Aucun charme dans cette ville de brique (et de broc), avec dans chaque rue la « kékés parade » dans toute sa splendeur, tant au niveau piétons qu’au niveau automobiles. (la grande majorité étant des français.) Même dans les pires coins du Pas-de-Calais, il n’y pas pire (normale une bonne partie est ici à Menin).

Voilà alors si jamais vous ne connaissez pas et que vous ne savez pas quoi faire un dimanche après midi, comme dirais Gandalf le Gris, « Fuyez pauvres fous ! ».